Actualités de la transparence et de la déontologie / Non classé

Publié le : 18 juin 2018

Appel à projet de la fondation des sciences sociales

Madame, Monsieur,

Je vous prie de trouver ci-joint et ci-dessous l’appel à contributions de la Fondation pour les Sciences sociales sur le thème :

Crises de confiance ?

La confiance est la vertu élémentaire de toute vie sociale. Sans confiance, les conduites des autres seraient imprévisibles et dangereuses, alors que la confiance permet d’anticiper les actions et les réactions de nos semblables. La confiance est réciproque ; nous avons confiance dans les autres parce qu’ils ont confiance en nous et que leur confiance nous lie à eux. La confiance étend les relations dans le temps des engagements, des promesses et des paroles tenues. La confiance dit ce que nous devons aux autres et ce que nous pouvons en attendre. C’est par la confiance que la vie sociale se déroule de manière généralement fluide et pacifique, sans que nous ayons à recourir sans cesse aux armes et aux tribunaux. Cette confiance de base va sans dire.

Pourtant, l’établissement de la confiance repose sur des dispositifs culturels, sociaux et institutionnels. Nous avons confiance dans des professionnels, comme les médecins ou les pilotes, parce que nous avons confiance dans des institutions médicales et techniques et, plus largement, dans la science et dans les déontologies professionnelles. Nous avons confiance dans les techniques et dans la science, parce que nous en voyons des effets pratiques, mais aussi parce que nous avons confiance en la Raison. Nous avons confiance dans la monnaie tant que les dettes sont remboursées, que l’inflation est modérée et qu’il n’y pas de crise aiguë. Nous avons confiance dans les institutions démocratiques parce que nous adhérons à des procédures et à des valeurs particulières. Nous avons confiance parce que nous savons que la loi oblige à tenir ses engagements sans qu’il soit toujours nécessaire de porter plainte. Nous avons confiance dans ceux que nous ne connaissons pas parce que nous supposons qu’ils croient aux mêmes normes, aux mêmes valeurs, et que nous sommes liés dès lors par un contrat de confiance implicite. En définitive, bien que la confiance semble être une attitude spontanée, elle est établie par l’emboîtement de dispositifs institutionnels, culturels, économiques, juridiques, politiques, techniques et, souvent même, imaginaires et religieux.

Le but de cet appel est de mobiliser les chercheurs – post-doctorants, chercheurs et enseignants-chercheurs… – qui travaillent sur ce thème et sur d’autres qui s’en rapprochent. Les projets susceptibles d’être retenus associeront des recherches empiriques de qualité à des problématiques relativement ouvertes et générales. Ces projets ne sont pas réservés au cas de la France, ils peuvent embrasser des aires culturelles et des sociétés différentes.

L’étude de la confiance concerne toutes les disciplines des sciences sociales. L’histoire et l’anthropologie peuvent permettre de comparer diverses formes de confiance et de défiance. Le Droit est évidemment convoqué par le respect des engagements pris et des règles communes. La place de la confiance dans les relations économiques est un enjeu essentiel. La sociologie est mise à l’épreuve par l’analyse du rôle de la confiance dans toutes les sphères de la vie sociale : au travail, dans la famille, à l’école, dans les mouvements sociaux et religieux, dans la ville, dans le monde scientifique… La science politique est aussi concernée par l’analyse des mouvements, des opinions et des institutions. Avec les mutations des technologies de l’information et de la communication, les sciences de la communication sont aussi mobilisées par les problèmes de confiance. Toutes les disciplines des sciences sociales sont invitées à éclairer ce thème qui embrasse la totalité de la vie des sociétés et peut se décliner en de multiples questions et objets.

Il est possible d’évoquer quelques thèmes sans limiter l’imagination des chercheurs intéressés par cette question (v. ci-joint projet scientifique).

Vous trouverez l’intégralité de l’appel sur la page internet de la Fondation pour les Sciences Sociales (FSS) en cliquant ici.

La Fondation entend soutenir les chercheurs (chercheurs, enseignants-chercheurs, post-doctorants) désireux de faire œuvre originale et de diffuser leurs travaux à un large public. Elle offre ainsi 12 bourses de 2500 euros (payées en fin de programme sous forme de droits d’auteur) chacune pour la rédaction d’un article inédit qui soit publiable dans une revue scientifique ; elles s’adressent aux chercheurs ou enseignants en début ou milieu de carrière. Sont éligibles les personnes de toute nationalité et tout statut, rattachées à des institutions de recherche françaises (même si elles exercent à l’étranger) ou européennes et titulaires d’une thèse de doctorat.

Après la sélection des candidatures (septembre 2018) par le jury (voir la liste des membres du Comité scientifique de la FSS en cliquant ici) trois réunions de travail seront organisées au courant de l’année 2019 avec les chercheurs sélectionnés. Fin 2019, la Fondation organisera une « Journée des sciences  sociales » où les douze auteurs seront invités à présenter leur travail  dans une version française accessible à un large public et qui sera publiée dans un ouvrage collectif. Tous les frais (voyage, hôtel, repas, etc..) associés à ces réunions et colloque sont entièrement pris en charge par la Fondation.

Toutes les sciences sociales sont concernées par cet appel à contributions : anthropologie, droit, économie, géographie, histoire, philosophie politique, science politique, sociologie …

Vous pouvez poser votre propre candidature en soumettant par voie  électronique un projet d’une page (télécharger le formulaire en cliquant ici), ou bien diffuser  cet appel aux chercheurs de votre entourage susceptibles d’être intéressés.

Clôture de l’appel : 15 juillet 2018, à minuit
Sélection des candidats et résultats de l’appel  : septembre 2018
Contact pour toute information: contact@fondation-sciences-sociales.org

Bien cordialement

José Manuel Coelho
Secrétaire général de la Fondation pour les Sciences Sociales

http://fondation-sciences-sociales.org/appel-a-candidature-pour-la-journee-des-sciences-sociales-2019-crises-de-confiance/