articles de presse

Publié le : 17 mai 2017

« Créons un statut officiel de la première dame »

L'auteur : Matthieu Caron

Dans une tribune au « Monde », le juriste Matthieu Caron estime que l’absence de statut pour la première dame est une lacune constitutionnelle qu’il convient de combler. Mais il faut clarifier le rôle confié à cette personne.

Voir l’article en ligne sur lemonde.fr

Matthieu Caron : « Créons un statut officiel de la première dame »

Dans une tribune au « Monde », le juriste Matthieu Caron estime que l’absence de statut pour la première dame est une lacune constitutionnelle qu’il convient de combler. Mais il faut clarifier le rôle confié à cette personne.

LE MONDE | • Mis à jour le |Par Matthieu Caron (maître de conférences en droit public à l’université de Valenciennes)

« A cette heure, ni la Constitution, ni la loi, ni même aucun décret ne définissent le statut de la première dame ou du premier homme de France ». (Photo : le président Emmanuel Macron pose sur le perron de l’Elysée avec sa femme Brigitte  peu après la cérémonie de passation des pouvoirs. A Paris, le dimanche 14 mai).

TRIBUNE. A cette heure, ni la Constitution, ni la loi, ni même aucun décret ne définissent le statut de la première dame ou du premier homme de France. Il s’agit là d’une lacune constitutionnelle auquel il est temps de mettre un terme, le conjoint ou le concubin d’un chef de l’Etat étant ex officio l’un des principaux résidents de la République.

L’exercice est toutefois difficile : comment faire la part entre ce qui relève de la vie privée et de la vie publique du couple présidentiel ? Quels droits et quels devoirs doivent en découler pour le conjoint du chef de l’Etat ? Enfin, qui dispose de la légitimité pour écrire et adopter ces statuts : le président lui-même, par voie décrétale, au risque de donner l’impression qu’il confère des privilèges à sa présente épouse ? Ou bien le Parlement, au risque d’être censuré par le Conseil constitutionnel estimant que cela ne relève pas de sa compétence ? (Retrouvez la suite de l’article sur Le Monde.fr).